Réouverture de mon blog / site

Voici la réouverture de mon nouveau site personnel, Les fleurs du normal. Puisque tout est "normal" aujourd'hui (même notre président il paraît), pourquoi pas les fleurs ?

Le moteur de site Hardblog se faisant vieux et poussif, ce site utilise désormais éClaircie, un nouveau moteur de ma conception pour des blogs 100% statiques et sans nuage. éClaircie est fondé sur Sphinx.

Le site intègre les contenus de mes deux anciens sites :

  • OOmadness (site de logiciels libres)

  • La terre vue d'ailleurs (blog et site personnel)

Un visualiseur d'image en Javascript tout simple

Voici un visualiseur d'image en Javascript tout simple (~ 2ko) et sans dépendance (pas même JQuery).

Ce visualiseur est utilisé par éClaircie. Pour voir une démonstration vous pouvez jeter un oeil à ce message : Camp médiéval au château de Chinon.

Le code source est disponible dans la suite du message.

(Suite et commentaires...)

PyMedTermino 0.2 est disponible !

PyMedTermino (Terminologies Médicales en Python) est un module Python permettant d'accéder facilement aux principales terminologies médicales.

PyMedTermino 0.2 est disponible ; cette version est mise à jour avec la dernière version de la SNOMED CT et corrige un bogue dans le calcul des plus petits parents communs à un concept.

Il peut être télécharger sur PyPI (Python Package Index) : https://pypi.python.org/pypi/PyMedTermino

PyMedTermino 0.1 est disponible !

PyMedTermino (Terminologies Médicales en Python) est un module Python permettant d'accéder facilement aux principales terminologies médicales.

PyMedTermino 0.1 est disponible et peut être télécharger sur PyPI (Python Package Index) : https://pypi.python.org/pypi/PyMedTermino

Test d'Explo, l'odyssée souterraine

Explo est un jeu atypique. Il s'agit d'un jeu sur le thème de la spéléologie et l'exploration de grotte, réalisé par la fédération française de spéléologie. Première exploration de grotte... on commence en se disant qu'une grotte, c'est comme un donjon mais sans les monstres...!

Après une première phase d'équipement, on se lance dans la seconde phase d'exploration de la grotte. La grotte se construit progressivement par assemblage de tuiles, chacune ressemblant à un petit bout de carte couverte de symboles étranges. Et là c'est le drame : le spéléologue vert utilise une carte spéciale pour franchir une “ trémie ” (un genre d'éboulement rocheux instable)... pour se retrouver coincé entre cette trémie et une autre ! Les deux autres spéléologues restent groupés et explorent de leur côté. Pas de bol, ce sont eux qui tireront les cartes de passage de trémie. Et alors que le niveau de l'eau monte, une décision difficile se profile : faut-il aller secourir le spéléologue malheureux au risque de finir tous noyés ?

Le sauvetage réussira de justesse ! Et une première leçon de spéléo apprise : éviter de franchir un obstacle sans savoir ce qu'il y a derrière.

Une fois sortis de la grotte... on y retourne ! Cette fois-ci, il ne s'agit plus d'explorer mais d'accomplir des objectifs scientifiques. Les symboles sur les tuiles vont alors prendre tout leur sens. Les objectifs vont de la protection d'une “ gour ” à la cartographie d'un filet d'eau en passant par la redoutable quête du siphon ! Redoutable car celui-ci est placé tout au fond de la grotte, la tuile siphon étant toujours placée en dernière... deux spéléologues finiront noyés dans cette recherche du siphon, bloqués par une “ voûte mouillante ” (un autre obstacle après la trémie).

Au final, bien que le jeu ne soit pas produit par un éditeur "classique" de jeu de pateau, le matériel est de bonne qualité. Le thème de la spéléologie est très fortement présent et bien rendu. Les règles sont simples, voire simplistes, mais parviennent malgré tout à créer un vrai besoin de coopération. Et le jeu aboutit régulièrement à des situations très tendues, bien plus que dans la pluppart des autres jeux coopératifs. Bref ce jeu est une réussite !

Points positifs :

  • L'ambiance bien rendue, et le style graphique qui va avec

  • La coopération vraiment présente

  • La tension qui monte au fil de la partie

Points négatifs :

  • La phase d'équipement, sous forme de quizz, est sympa avec des joueurs occasionnels ou des enfants mais difficilement jouable telle quelle avec des adultes

Charte Gus and co : le jeu a été acheté de ma poche, en souscription.

Proposition de variante : si un (ou plusieurs) joueur reste coincé dans la grotte après la phase d'exploration, plutôt que d'interrompre la partie sur un échec, il est plus amusant de continuer. Cependant le joueur perdu reste prisonnier dans la grotte et doit être secourru par les autres. C'est un objectif qui vient en plus des objectifs scientifiques normaux, et le joueur prisonnier ne peut plus jouer tant qu'il n'est pas secouru.

BibReview 0.1.1

BibReview est un logiciel de gestion de base bibliographique. Voici la dernière version 0.1.1, à temps pour la préparation du Yearbook 2014 de l'IMIA !

Test de Darkest Night

Darkest night est un jeu coopératif, dans la lignée de Horreur à Arkham. Le nécromancien a envahi le royaume, et quatre courageux héros doivent retrouver 3 clefs puis un artefact pour pouvoir l'affronter. L'ambiance du jeu et le côté coopératif évoque le jeu de rôle (même s'il s'agit bien d'un jeu “de plateau”).

Le jeu est produit par un éditeur “indie” américain (donc en anglais). Côté matériel, c'est assez particulier : on ressent que cela provient d'un “petit” éditeur, mais en même temps, on ne peut pas dire que le matériel soit de mauvaise qualité. Les cartes sont dans un carton inhabituel (et inhabituellement épais !). Les dessins sont assez peu nombreux mais de qualité et l'ensemble plonge bien dans l'ambiance du jeu. Les règles sont claires (mais en anglais). Le seul vrai problème vient des jetons et pion en carton : si le carton est de bonne qualité (on dirait presque du bois !), la découpe est faite au laser... et le laser laisse une sorte de “suie” noire de carton brûlé. Il faudra donc essuyer tout ça avant de commencer à jouer (compter 1 heure de boulot !).

Par rapport à Horreur à Arkham, la différence la plus notable est la présence du “grand méchant” sur le plateau de jeu. Il est là, il rôde, son oeil maléfique vous cherche... et gare à vous s'il vous trouve ! En plus de points de vie, chaque personnage dispose de points de secret indiquant à quel point il est dissimulé aux yeux du grand méchant. Tout cela fait immanquablement penser à Sauron qui cherche l'anneau !

L'autre point clef réside dans les personnages que l'on joue. Il y en a 9 différents, allant du classique (magicien, voleur) à d'autres beaucoup plus originaux (devin, prince, érudit). Chacun a son paquet de cartes, et suit une mécanique propre. Par exemple le magicien a des cartes puissantes, mais ne pourra les utiliser qu'une seule fois avant de se reposer. L'érudit pourra quand à lui trouver des reliques anciennes... malheureusement la plupart sont des bâtiments (refuges anciens, etc) et devront donc être utilisées sur place. Il pourra aussi utiliser ses compétences d'anatomie en combat, pour viser les points faibles des adversaires... marrant, on ne m'a pas tout à fait appris ça en anat' ! Il sera donc crucial de réunir une équipe de 4 personnages en synergie.

Au final, un bon jeu, si l'on passe outre le matériel qui demande un peu de travail. Sans doute un des jeux de plateau qui se rapprochent le plus du jeu de rôle.

Points positifs :

  • Les personnages originaux

  • Le grand méchant et les points de secret

Points négatifs :

  • La découpe au laser

  • La part assez importante de hasard

  • Le jeu est prévu pour 4 joueurs (si vous êtes moins nombreux, il faudra quand même vous répartir 4 personnages)

Charte Gus and co : le jeu a été acheté de ma poche. Il n'y a pas de publicité sur mon site.

dans Lyre

L'amour est fleur

Une magnifique chanson de Glenmor accompagnée à la lyre médiévale !

lamour_est_fleur.ogg

lamour_est_fleur.mp3

dans Voyages

Quelques photos de Copenhague...

Quelques photos de Copenhague, à l'occasion du congrès MEDINFO 2013. La ville est très écolos, vélo partout !

Un peu déçu par Christiana, le quartier libre autogéré de la ville : outre un léger côté "bidonville", il est interdit d'y prendre des photos. En effet, les vendeurs de drogues ne souhaitent pas être identifiés. La liberté de vendre de la drogue s'échange donc contre la liberté de prendre des photos... bon à savoir.

Fête médiévale à Ervy-le-Châtel

Une fête difficile... car sur le goudron ! Heureusement l'accueil fut chaleureux !

Notre-Dame-des-Landes : j'y étais !

J'étais à Notre-Dame-des-Landes avec ATTAC pour le grand festival anti-aéroport. L'occasion de se rendre compte, sur le terrain, à quel point l'endroit est peu propice à la construction d'un aéroport : marécage boueux (et riche en biodiversité), champs venteux (les stands se sont envolés, il a fallu les fixer avec des troncs d'arbre plantés au chariot élévateur !). L'occasion de faire du cerf-volant. L'occasion aussi de chanter ma chanson !

Notre Dame des no man's land

Notre dame des no man's land : contre l'aéroport Notre Dame des Landes, voilà un rock breton qui met la ouache, avec des tritons crêtés et joué à la lyre !

>

Bourrin et malin : le clip vidéo propose des éléments de réflexion sur le projet d'aéroport.

Et aussi un hommage à Glenmor, grand poète breton et grand poète tout court, pionnier de l'écologie... mais il reste encore des bardes pour défendre la Bretagne !

Licence CC-BY-SA : en particulier vous pouvez utiliser cette chanson et / la vidéo qui l'accompagne pour toute action contre le projet d'aéroport Notre Dame des Landes.

Et en bonus vous trouverez ci-dessous la partition !

notre_dame_des_no_mans_land.pdf

Cerealizer 0.8.1

Cerealizer 0.8.1 is out!

This is a new bugfix release. Get it here: http://download.gna.org/soya/Cerealizer-0.8.1.tar.bz2

dans Voyages

Quelques photos de Chicago...

Voici quelques photos de Chicago, où je me suis rendu pour le congrès de l'AMIA (American Medical Informatics Association). Et où j'ai pu constaté que les congrès américains ne sont finalement pas meilleurs que les congrès européens... voire pire. C'est la première fois que je vois des sessions sans "chair man", et autant de présentations "venteuses" parlant de projet non réalisé, non évalué et à peine au stade d'idée !