Logiciel Libre et José Bové

Le logiciel libre est un exemple "d'utopie qui fonctionne". Cette utopie repose sur l'idéal du partage de la connaissance, un thème qui est aussi abordé dans le mouvement altermondialiste et par "la gauche" en général.

Lorsque deux personnes se partagent un gâteau, chacune des parts est réduite de moitié. Au contraire, lorsque l'on partage de la connaissance, ou d'autres "biens immatérielles", chaque personne peut obtenir la totalité de la connaissance originelle. C'est le cas lorsque l'on emprunte un livre dans une bibliothèque, par exemple. Le logiciel libre repose sur quatre libertés fondamentales qui garantissent le partage de la connaissance /index :

  1. la liberté d'utiliser le logiciel, pour n'importe quel usage,

  2. la liberté d'étudier le fonctionnement du logiciel et de le modifier (on parle d'accès au "code source", équivalent à la recette d'un plat ou à la partition d'une musique),

  3. la liberté de diffuser le logiciel, par exemple à vos amis,

  4. la liberté de diffuser des versions modifiées du logiciel.

Le logiciel libre s'est développé de manière décentralisé voire artisanale, par opposition aux logiciels propriétaires (c'est à dire non-libres), souvent issus de grandes multinationales, comme Microsoft. Le logiciel libre est aujourd'hui un succès : il est possible d'utiliser uniquement des logiciels libres sur son ordinateur. Ce mouvement de partage de la connaissance dépasse aujourd'hui le cadre du logiciel, pour être appliqué à la musique [2], à la connaissance encyclopédique [3], ou à d'autres "biens immatériels". On parle alors du "libre" tout court.

Cependant, et de la même manière que les mouvements sociaux, écologistes ou altermondialistes, le logiciel libre doit affronter des menaces de la part des multinationales et des gouvernements français et européens. Ces menaces vont du non-respect de la loi pour préserver les grandes multinationales (vente-liée d'ordinateur et de logiciels [4]) et de la publicité déguisée pour les logiciels propriétaires (notamment à l'école [5]) à l'appropriation de la connaissance (brevets logiciels [6]) en passant par la criminalisation (interdiction de certains logiciels, DADVSI, lois liberticides [7]).

Le mouvement réuni derrière la candidature de José Bové et le mouvement du logiciel libre partagent des objectifs, mais aussi des adversaires, communs. Par exemple, nous faisons le rapprochement entre le combat contre les brevets logiciels [6] et le combat contre les brevets sur les médicaments (contre le Sida en Afrique notamment [8]) ou sur le vivant [9]. Mais nous faisons aussi le rapprochement entre les procès intentés aux faucheurs d'OGM et ceux intentés à de soit- disant pirates [7].

Une réponse politique est donc nécessaire, sur les questions liées au logiciel libre. Ce document contient nos réponses au questionnaire [10] que l'APRIL (Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre) a adressé aux candidats à la présidentielle.

Les principales positions et propositions que nous développons sont les suivantes :

  • le refus des brevets logiciels, l'abrogation de la loi DADVSI et des lois "liberticides",

  • la création d'un droit à l'interopérabilité (permettant à n'importe qui de concevoir un logiciel capable "d'interopérer", c'est à dire de dialoguer, avec un logiciel existant),

  • l'utilisation massives des logiciels et ressources libres et des standards ouverts dans les administrations et dans l'éducation nationale,

  • la création d'un service public du logiciel libre, afin de développer sur fond public et de manière pérenne les logiciels libres nécessaires, notamment pour les administrations et l'éducation nationale,

  • l'obligation de rendre public les logiciels et articles scientifiques réalisés sur fond public (logiciel libre pour les logiciels).

/index [http://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html]

[2] [http://www.dogmazic.net]

[3] [http://fr.wikipedia.org]

[4] [http://racketiciel.info]

[5] [http://questions.assemblee-nationale.fr/q12/12-100005QE.htm]

[6] [http://brevets-logiciels.info]

[7] [http://www.silicon.fr/fr/silicon/news/2003/12/02/ouverture- proces-pirate-dvd-jon] , [http://www.sur-la- toile.com/mod_News_article_2586___.html]

[8] [http://www.monde-diplomatique.fr/2002/02/DEMENET/16129] , [http://www.actupparis.org/mot91.html]

[9] [http://www.ogmdangers.org/action/brevet/brevets_intro.htm]

[10] [http://candidats.fr]

Les réponsesdans le document PDF ci-joint sont une proposition de réponse au questionnaire de l’APRIL, réalisée par le groupe "Logiciel libre et José Bové". Ces propositions ont été transmises au comité de campagne et sont en attente de validation.

reponse_candidats_fr.pdf

Appel à la création d'un groupe "Logiciel Libre et José Bové"

Appel à la création d'un groupe "Logiciel Libre et José Bové"

Le logiciel libre est un exemple "d'utopie qui fonctionne". Il est porté par un mouvement associatif important, à la fois par les idéaux qu'il véhicule (le libre accès à la connaissance), les victoires qu'il a déjà remporté (par exemple contre les brevets logiciels), l'influence des personnes impliqués dans ce mouvement (beaucoup étant très actives sur Internet) voire même son poids économique.

Malgré cela, le logiciel libre est de nouveau menacé, par de nouvelles tentatives pour imposer des brevets logiciels en Europe, par des pratiques commerciales inéquitables de la part de grandes sociétés. De plus, l'utilisation des logiciels libres dans les administrations comme dans l'éducation progresse beaucoup plus lentement que ce qui serait souhaitable, tant pour la liberté d'accès à l'information que pour les finances publiques. Une réponse politique est nécessaire.

L'APRIL (Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre) a lancé récemment le site Internet candidats.fr pour interpeller les candidats à la présidentielle sur les questions politiques liées au logiciel libre. Elle demande en particulier aux candidats de répondre à un questionnaire assez pointu. Par ailleurs, notre programme antilibéral reste très vague sur ces questions.

Je propose donc de monter un groupe "Logiciel Libre et José Bové". Les objectifs de ce groupe pourraient être :

  • Améliorer le programme Ce que nous voulons sur les questions relatives au logiciel libre et plus généralement les questions de propriété intellectuelle, de droit d'auteur et d'accès à l'information.

  • Rédiger un brouillon de réponse au questionnaire de candidats.fr.

  • Faire campagne pour Jové Bové et les candidats unitaires aux législatives, en particulier dans le monde du logiciel libre et/ou en utilisant des logiciels libres.

Une quinzaine de personnes ont déjà rejoints ce groupe. Si vous êtes intéressé-e, contactez moi en précisant quels sont vos domaines de compétences et d'intérêt !

Combien de sous-marins nucléaire possède la France ?

Combien de sous-marins nucléaire possède la France ?

Un ou deux, comme le pensait Ségolène ?

Quatre, comme le pensait Sarkozy ?

Cinq, comme le pensait les journalistes ?

Six, comme l'affirme le ministère de la défense ?

Et José Bové, que devrait-il répondre à cette question ? La réponse est simple : trop.

Blog Bové

La terre vu d'ailleurs rejoint le groupe des Blog qui soutiennent la candidature de José Bové, parmi lesquels :

A tous les hommes libres - resistance

la fin du capitalisme

direct du gauche

la liste à suivre

la rage du peuple et la joie de vivre

appel de Raspail

cabinet de subversion

blokomondi

Des bulles

le cher unis avec Bové

alternative unitaire 2007 à Alençon

Tous unis avec Bove - 64 pyrénées atlantique

le blog des unis avec bove de la gironde

section Bretagne du mouvement Unis avec José Bové

comité de soutien pour la candidature José Bové - secteur Vistre Rhony Vaunage

le 69.3 - le journal du printemps Rennais

José Bové... l'homme nature

Regard sur...Le regard d'un homme libre sur le monde

Remises en cause

Le monolecte

Skazat, Penser global agir local

Le poireau ROUGE

ToujoursAussiPareil

Blog citoyen et bovétaire d'un lycéen

Grande Question?!

mi iras limake

merlinstraces

Rue-affre

La terre vue d'ailleurs

Desmotscratie

le Blog de Michel Onfray sur le site du Nouvel obs

deconstruire babylone

Le XXIIème siècle sera Utopie...

Patrick du 49

Jeune Pousse

Unis avec Bové 46 , le blog du LOt

Antigone

Le blog du Yeti

le blog de la gauche antiliberale de loire atlantique avec Bové

Bove en Seine et Marne

Aldorande

Blog des Alternatifs 93

Le réveil de la princesse endormie

Pour faire entendre sa voix, la France a-t-elle besoin d'un porte-avion ou d'un porte-voix ?

Pour faire entendre sa voix, la France a-t-elle besoin d'un porte- avion... ou d'un porte-voix ? Une fois n'est pas coutume, Ségolène a pris une position à la fois courageuse et réellement de gauche... mais elle fait mine de reculer...

Aura-t-elle le courage de tenir jusqu'au bout ? Car les arguments ne manquent pas : aujourd'hui le poids de la France dans le monde n'est pas le résultat de sa force armée. Le poids de la France est d'abord son poids culturel (1ère destination touristique) et sa diplomatie, et c'est cela le porte-voix de la France. Réduire le budget de la défense au profit de celui de l'éducation, c'est donner un porte-voix à la France.

Enfin, quel danger vous paraît le plus réel et le plus menaçant pour la France : une hypothétique guerre armée avec on ne sait quel pays, ou bien la révolte dans banlieues ?

José 3D 0.1

Après une longue phase de bêta-test, la version 0.1 de José 3D est prête !

José 3D est un jeu vidéo autour de la candidature de José Bové et du programme antilibéral "Ce que nous voulons". Le jeu est disponible en logiciel libre (licence GNU GPL), et peut être téléchargé et redistribué librement. Du matériel militant est disponible pour en faire la promotion.

José 3D est disponible pour Linux et Windows (contactez-moi si vous souhaitez porter le jeu sur Mac). Télécharger le jeu !

Merci à tout ceux qui ont participé ou qui ont soutenu, et rendez-vous bientôt pour le prochain épisode de José 3D : "Paris capitale ou pari sur la banlieue ?".

José 3D cherche beta-testeurs

Le premier niveau de José 3D est achevé ; je recherche à présent des beta-testeurs pour :

  • vérifier que le jeu s'installe bien

  • tester le jeu et en particulier le niveau de difficulté

Pour installer le jeu, suivre les instructions suivantes. Comme le jeu est en 3D, il faut une carte graphique 3D ou un ordinateur relativement puissant.

Sous Linux, le jeu fonctionne bien. Sous Windows, n'ayant pas de machine windows chez moi, j'ai plus de difficulté à le tester. Je l'ai fait touner avec succès sur une machine (à part la musique qui ne passe pas).

Écran de présentation du jeu

_images/jose3d0.png

José 3D avance...!

Présenté à Solution Linux, l'un des grands rendez-vous du logiciel libre, une version bêta de José 3D a connu un grand succès !

Je viens de mettre José 3D sur un serveur Subversion (SVN) sur Gna!. Il faut récupérer le module "jose3d", ainsi que le moteur Soya (version 0.13) et les autres dépendances "habituelles". Comme il n'y a pas encore de fichier décrivant tout ça, c'est vraiment pour les plus courageux pour l'instant !

La moitié du premier niveau est prête ; il reste à faire la seconde moitié, à paufiner et paquetager le tout et enfin diffuser !

L'orphelinat des causes (ou les diviseurs et le multiplicateur)

Notre mouvement unitaire s'est construit en rassemblant les anti- libéraux, notamment ceux du PCF et de la LCR, et aussi ceux d'autres partis ou hors partis. Mais notre rassemblement est vivant. Il évolue. Après la reculade de la LCR, la trahison du PCF, le retrait de PRS et des républicains, la dynamique créée par l'appel à José Bové, dans les mondes associatif, artistique voire scientifique, le rassemblement n'est plus le même.

Nous sommes partis avec tous les ANTI-libéraux, j'ai la conviction que, de départs en arrivées, nous allons rassembler tous les PRO- quelque-chose. Et bientôt nous pourrons mettre un nom sur ce "quelque chose" !

Le consensus n'est pas l'unanimité. Il y a consensus lorsque la décision choisie est acceptée par tous, y compris par ceux qui ne sont pourtant pas d'accord avec cette décision. Ce qui s'est produit à la réunion de Montreuil autour de la candidature de José Bové était ce qui pouvait se rapprocher le plus d'un concensus. Les républicains, portant opposés à cette candidature, n'ont pas mis de véto. Sur un nom, obtenir un "meilleur consensus" semble illusoire.

Contrairement aux candidats de division (Buffet, Besancenot), la candidature de José Bové est toujours unitaire car :

  • des écologistes soutiennent José parce qu'ils sont écologistes

  • des communistes soutiennent José parce qu'ils sont communistes

  • des gens d'extême gauche soutiennent José parce qu'ils sont d'extrême gauche

  • des associatifs soutiennent José parce qu'ils sont associatifs

  • des artistes soutiennent José parce qu'ils sont artistes

  • des simples citoyens soutiennent José parce qu'ils sont simples citoyens

La force de José Bové n'est pas dans le score électoral qu'il fera(it) seul, mais dans sa capacité à additionner les scores du PCF, de la LCR et des Verts si ceux-ci ne se présentaient pas. Mais se limiter à additionner les seuls PCF, LCR et Verts serait une erreur. Nous devons additionner bien plus large, car il existe de nombreuses "causes orphelines" qui ne sont défendues par aucun parti.

Il y a deux types de causes orphelines. D'abord, les causes consensuelles : tout le monde est d'accord pour faire de l'écologie, de la démocratie participative ou du logiciel libre. Il n'y a pas de candidat "anti-écologie". Mais quand Sarkosy dit qu'il est "anti-OGM", faut-il le croire ? Rares sont ceux qui s'engagent vraiment dans ces causes consensuelles, parce que ce ne sont pas elles qui feront la différence dans les discours de deux candidats. Il y a un consensus pour en parler et pour ne rien faire.

Ensuite, les causes dont personne ne parle : par exemple l'enseignement de l'esperanto ou l'agression publicitaire. Aux déboulonneurs de panneaux publicitaires, le procureur a répondu qu'ils n'avaient qu'à former un parti et constater qu'ils étaient ultra- minoritaires ! (Voir l'article de Libé) Être minoritaire doit-il être synonyme d'aucun droit ? Les handicapés sont minoritaires, ils ont pourtant des droits, légitimes mais plus ou moins bien respectés.

José Bové, par son engagement profond dans certaines causes orphelines (OGM, malbouffe) peut être un candidat crédible sur ces causes. Elles pèsent peu électoralement ; mais assemblées bout à bout ou multipliées entre elles, cela peut peser lourd ! C'est pourquoi José Bové doit être le candidat des causes orphelines. Nous devons aller voir toutes les associations ou collectifs, du logiciel libre, des déboulonneurs de pub, de promotion de la culture régionale (bretonne, corse,...), de l'esperanto,... et enrichir notre programme de leurs propositions. Nous devons multiplier nos 125 propositions pour en faire plus de 1000 !

dans Soya3D

Soya 0.13

Here is the final release of Soya 0.13 !

It is the first version that includes the works of our two Google Summer of Code student, Marmoute and Palle. I've also integrated the soya guide (the "Yet-in") in the tutorial pack (since i've changed the licence to FDL without invariant, there is no longer any problem with reguard to Debian).

Changelog :

  • New ODE integration (thanks Marmoute!)

  • New Blender -> Cal3D exporter (thanks Palle!) The new exporter is now automatically used by the auto-exporter. It REQUIRES Blender >= 2.42

  • BSP system (work in progress, thanks Souvarine!)

  • CoordSyst.solid is no longer boolean, but a 32-bit-length bitfield (thanks Souvarine!)

  • Add RaypickContext.get_item() (thanks Souvarine)

  • Better font loading under MacOS X (thanks Greg Ewing)

  • Tofu integrated

  • CoordSystSpeed added

  • CoordSystState now support automatic coordinate system conversion (when used with interpolate()), and has a convert_to() method

  • Bugfixes:

    • Fixes crash on keycodes > 255, and allows Delete as well as Backspace for erasing characters, in pudding (thanks Greg Ewing)

    • Severals memory leaks have been fixed (in particular on Terrains and CoordSystStates)

    • soya.widget.default_font can now be saved as any other fonts

    • Mesh deformation were buged on cellshaded models

    • Compile with -fsigned-char because on Mac, chars are by default unsigned

    • The file caching neighbors was not cleaned when animated models were modifed

José en 3D !

En attendant plus de détails, voici un tout premier aperçu de mon nouveau projet secret...!

_images/jose.png

Compte rendu de la réunion des collectifs antilibéraux du 20/1/2007

Les interventions se sont essentiellement focalisées sur la présidentielle et l'appel à José Bové. Plus que la personne de José Bové, c'est la pertinence de présenter un candidat à l'élection présidentielle qui a concentré les débats. Les délégués ont très majoritairement exprimé leur soutien à l'appel (j'ai compté environ 40-50 interventions dans ce sens contre une demi-douzaine, sur un total de 75). Ces soutiens ne traduisent pas tous un "enthousiasme fou" mais plutôt une volonté de consensus. La capacité de l'appel à mobiliser au-delà des cercles militants a été mentionnée à plusieurs reprises.

Une forte tension était sensible entre les délégués et le collectif national, accusé de non-légitimité mais aussi de renoncement. Les membres du collectif national étaient beaucoup plus partagés sur la question présidentielle, et plusieurs considéraient que José Bové ne faisait pas consensus (notamment JL Gonneau et E Coquerelle) (Pour ma part, je pense que ce décalage s'explique en partie par le fait que le collectif national se base sur les PV qui remontent des collectifs. Or la situation évolue très vite, nous l'avons vu dans notre collectif. Les PV mettent du temps à remonter et ne reflètent plus forcément la situation actuelle des collectifs lorsqu'ils arrivent. Certains PV datent d'avant l'appel à José Bové, et cet appel a clairement changé la donne).

Des conditions ont été demandées à la candidature de José Bové : 1) une candidature dans le cadre des 125 propositions et du texte "ambition-stratégie" (avec parfois demande de clarification des rapports au PS) 2) qui soit collective, avec des porte-paroles 3) qui soit lié à aux législatives 4) qui demande le retrait des candidats de division

Il semble y avoir consensus sur le fait qu'une candidature n'est pas envisageable sans ces 4 points, et José Bové (qui était présent) s'est clairement prononcé en ce sens. S'il y a unanimité sur le point 4, la démarche à suivre en cas de non-retrait des candidats de division fait débat. Faut-il alors retirer notre candidat ou le maintenir ?

Plusieurs (j'en ai compté 10) interventions ont exprimé l'idée que nous ne pouvons pas être présents aux législatives sans être présents à la présidentielle. Le risque de récupération par le PCF des candidats unitaires législatifs a été évoqué plusieurs fois.

C Villier a évoqué la "peur de gagner". C Autain a fait une intervention "généralité" que j'ai personnellement trouvée un peu creuse. H ben Sadia était plutôt opposée à l'appel à José Bové, mais est en train de changer d'avis. RM Jennar s'est prononcé pour José Bové, et considère que c'était une erreur de mélanger des appareils et des individus. F Bavay et JJ Boislaroussie se sont prononcés pour José Bové. E Coquerelle a proposé d'être présents seulement aux législatives. J Bové a dit qu'il avait "envie d'y aller" et se fixe jusqu'au 1er février pour se décider.

Y Salesse et C Debons étaient très sceptiques sur la candidature de Bové, mais sous la pression de la salle, ils ont tout deux proposés de lancer la campagne pour Bové, tout en prenant rendez-vous en mars pour déterminer si nous maintenions notre candidature ou pas, en fonction des ralliements des candidats de division et de notre place dans les sondages. Cette position pourrait faire consensus.

À plusieurs reprises il a été proposé de faire des grands meetings unitaires, pour prendre le poul de la mobilisation et éventuellement lancer la campagne. Cela semble faire consensus.

La commission sur la présidentielle était très tendue ; il y avait beaucoup de monde et pas de micro, ce qui rendait les débats très pénibles à suivre. Je ne suis pas resté jusqu'au bout.

Là où sera la dynamique populaire, nous serons !

En 2006, nous espérions qu'une dynamique populaire porterait notre mouvement. Malgré un frémissement, cette dynamique n'a pas eu lieu. Puis Buffet est passée en force, en espérant qu'une dynamique populaire se crée autour de sa candidature. En vain. Et pouf ! Voilà qu' UNE DYNAMIQUE POPULAIRE NAIT AUTOUR DE JOSÉ BOVÉ (voir mon analyse précédente).

Cette dynamique ne se crée pas exactement sur les positions du rassemblement unitaire antilibéral (notamment le candidat consensuel). À partir de là, nous devons choisir. Soit nous restons figés, nous nous fossilisons sur nos positions. Ce serait commettre la même erreur que le PCF et la LCR, qui refusent de reconnaître l'absence de dynamique derrière les candidatures Buffet et Besancenot.

Soit nous nous adaptons. Nous disons : " LÀ OÙ SERA LA DYNAMIQUE POPULAIRE, NOUS SERONS". Nous faisons nôtre la candidature antilibérale de José Bové, même si elle ne réalise pas le consensus parfait entre nous. Car ce qui compte vraiment n'est pas ce qui se passe "entre nous". Un candidat choisi par la dynamique est le meilleur choix possible ; l'élection présidentielle n'est pas la rencontre entre un homme et les militants ! Les primaires internes du PS, de l'UMP et du PCF sont une erreur.

La dynamique populaire ne se commande pas. C'est elle qui doit nous commander. Elle surgit de manière inattendue, comme lors de la campagne du Non, et on ne peut que la saisir au bond. Citons Yslaire (ça change de Marx !) : "C'est toujours la foule qui décide des révolutions. Il faut la suivre !".

La candidature de José Bové peut-elle être "la candidature unitaire" ? Dans mon collectif, il y a toujours des militants PCF et des militants LCR. Des écologistes et des socialistes, et les autres sensibilités ne sont pas parties non plus. Toute la gauche est réunie. Donc LE RASSEMBLEMENT EST TOUJOURS UNITAIRE. L'unité n'a jamais été conçue comme la totalité des antilibéraux, en effet LO et le PT n'en ont jamais été.

Comme la LCR, l'appareil PCF ne doit disposer que d'un rôle d'observateur au sein du collectif national, au moins en ce qui concerne la présidentielle. Le PCF jouait un rôle un peu particulier car il s'est beaucoup investi dans la création des collectifs. Mais tout enfant doit s'émanciper de ses parents : NOUS AVONS TRAVERSÉ NOTRE CRISE D'ADOLESCENCE, IL EST TEMPS DE GAGNER NOTRE INDÉPENDANCE.

Nous pouvons donc légitimement déclarer une candidature unitaire, sans l'aval de la direction du PCF, mais avec celui d'une partie de ses militants. Pour autant, n'abandonnons pas tout espoir de voir revenir le PCF et la LCR dans l'unité. Pour cela, il faut un rapport de force que seule une candidature portée par une dynamique peut construire.

La dynamique populaire est un rouleau compresseur. Et juste devant le rouleau, nous avons Buffet et Besancenot. S'ils restent, ils se feront écraser. S'ils s'écartent, s'ils retirent leurs candidatures, cela risque d'être pris pour une défaite, voire une humiliation. Nous devons tout faire pour que cela ne soit pas le cas : Buffet et Besancenot ne doivent pas s'éloigner du chemin du rouleau compresseur, ils doivent monter dedans. Nous devons réfléchir à une "porte de sortie honnorable" pour réparer les erreurs des partis et leur tendre la main.